L’art de la constance

//L’art de la constance

L’art de la constance

 

Les semaines se suivent et ne se ressemblent décidément pas et ce à tout point de vue. D’abord au niveau du rythme puisqu’après un marathon de 5 matches en 15 jours, une nouvelle trêve internationale commence ce qui signifie un long chemin de croix pour tous les supporters et 15 jours de sevrage imposés sans le moindre match du FCN.

 

Ensuite et plus sérieusement, les performances ainsi que le contenu des matches ont vraiment été à géométrie variable. On sait que la constance dans les résultats est l’indicateur premier des grandes équipes et c’est ce qui manque cruellement à nos canaris, capables d’aller s’imposer brillamment à Caen avant de sombrer défensivement chez un promu en ligue 2 puis de livrer une bouillie offensive face à un “pôvre OM” pour ensuite gagner avec la manière chez la révélation niçoise et enfin perdre contre le 17ème de ligue 1.

 

Mais à y regarder de plus près, il n’est pas très compliqué d’expliquer ces résultats en dents de scie. On sait que les nantais ont pas mal de circonstances atténuantes en ce début de saison avec une équipe très jeune, remodelée dans les grandes largeurs et dont les recrues ne donnent pas encore totalement satisfaction notamment offensivement. Oui mais certains matches nous montrent que la mayonnaise commence à prendre. Alors quoi ?

 

Balayons aussi tout de suite l’argument fatigue que certains mettent en avant pour expliquer cette inconstance. Un footballeur professionnel est parfaitement capable d’enchaîner les matches tous les trois jours. Il y a été préparé, il a autour de lui un club et un staff qui le mette dans les meilleures dispositions avant, pendant et après pour gérer la récupération. Non franchement il va falloir trouver autre chose.

 

On connaît tous bien notre coach, on sait comment il souhaite voir jouer son équipe avec un bloc qui défend bien et qui aime récupérer le ballon haut pour ensuite se projeter vite vers l’avant. Or si cette tactique est parfaite face à des équipes joueuses (n’est-c e pas Caen et Nice), elle montre aussi ses limites quand l’adversaire est plus regroupé et joue le contre comme Montpellier. Contre l’OM, de manière très ironique, c’est à son propre jeu que s’est fait prendre le FCN avec une équipe face à elle qui prenait peu de risques et qui a exploité une de ses rares erreurs pour la crucifier. Mais avec encore une grosse demi heure à jouer, on aurait aimé que les canaris mettent un peu plus de folie dans leur jeu, prennent plus de risque pour aller bousculer une équipe marseillaise que l’on sentait pourtant très fébrile.

 

Au-delà de la constance dans les résultats , unique facteur qui permettra aux nantais de franchir un pallier pour s’installer comme ils le souhaitent dans le top 10 du championnat, c’est surtout dans le contenu de ses matches que le FCN devra à l’avenir progresser et surtout dans sa capacité d’adaptation à ce que lui propose son adversaire ainsi que dans sa capacité de réaction à un scénario ou un événement contraire. Car dans une ligue 1 qui n’a jamais été aussi homogène mais où peu d’équipe prenne de risque, il va aussi falloir apprendre à jouer parfois différemment. Pour chasser le naturel et repartir au galop.

 

 

Vincent DAUBIE

2017-09-11T19:29:38+00:0009/11/15|Gazette ANC|

Décembre, 2018

Les vendredisBelote et TarotSiège Club Allez Nantes Canaris, 52 Quai Magellan 44000 NANTES

Abonnez-vous à notre newsletter

Prochains matchs

  1. Paris SG / FC Nantes

    22 décembre à 20:00 - 21:45
  2. FC Nantes / Stade Rennais

    12 janvier 2019 à 20:00 - 22:00
X