Ce mardi, le FC Nantes recevait le Toulouse Football Club, dans le cadre des 8ème de finale de Coupe de France.
Ce match fût l’objet d’une programmation indigne de cette prestigieuse compétition, et n’attire à peine 9000 spectateurs. Mais cette horaire n’empêche en rien les longs moments de recueillement, en la mémoire d’Emiliano Sala.

L’objectif du soir est clair, se qualifier pour le tour suivant, et de réaliser le plus beau parcours possible, en hommage à notre ex-buteur disparu.
Coach Vahid aligne une équipe compétitive, contrairement à son homologue toulousain qui opère une large revue d’effectif. Un groupe Toulousains quelque peu émoussé, à cause du déplacement à Monaco deux jours auparavant.

Le constat est sans appel. Les Jaunes et Verts sont en place, sérieux,appliqués, et ouvrent rapidement le score face à des Toulousains quelques peu désorganisés, et manquant cruellement de repères et d’automatismes.
C’est Coulibaly déjà buteur au tour précédent, qui ouvre le score à cette symbolique 9ème minute. Les Violets n’y sont pas, même si ces derniers avaient l’occasion dans le deuxième quart d’heure, de revenir au score dans un léger moment de flottement coté nantais.
Quelques minutes avant la mi-temps, Limbombé auteur d’un ruch solitaire aussi chanceux qu’efficace, double la mise pour les locaux. Un avantage au tableau d’affichage logique, et incontestable.

La seconde mi-temps peut nourrir quelques regrets, de bien trop nombreuses situations ont été vendangées par l’avant garde nantaise. Un manque cruelle de réalisme, et parfois de lucidité à corriger. Mais qu’importe l’essentiel est la, la qualif’.
A noter, la première apparition sous les couleurs nantaises de Valentin Eysseric qui semblait plutôt en jambes.

Dans l’attente du tirage, nous nous devons de réaliser le plus beau, et le plus long parcours possible pour ce peuple Nantais assoiffé de victoires, mais surtout en hommage à notre Emi.

Je nommerai Nicolas Pallois homme du match pour ses nombreuses interventions, son sérieux, ses placements et replacement, et sa force de caractère suite aux derniers évènements. Espérons qu’il porte ce lourd, et symbolique numéro 9 encore quelques temps en Coupe de France…

Allez Nantes !!

Ludo des Ch’tis Canaris